La motricité libre

motricité libre

Le principe de la motricité libre, c’est un peu comme la méthode Montessori. On voit vaguement ce que cela peut être, on a une idée des bénéfices, mais la pratique concrète nous échappe. Rassurez-vous, la motricité libre ce n’est pas laisser bébé, livré à lui-même pour qu’il explore son environnement en large, en long et en travers. Bon, en fait, un peu. Enfin, pas que !

Afin d’avoir tous les bénéfices de cette pratique, il faut la comprendre, l’appréhender. Qu’est-ce que la motricité libre ? Quels en sont ses bienfaits ? Comment la pratiquer ? En d’autres termes, il s’agit d’en avoir une vision globale. Ainsi, vous saurez si, oui ou non, cette pratique peut vous correspondre. N’oubliez pas, vous savez ce qui est le mieux pour votre petit, pas de pression !

La motricité libre c’est quoi ?

À l’origine de la motricité libre il y a une théorie éducative, celle d’Emmi Pikler. Cette dernière fait reposer le développement des bébés sur différents piliers. Or, il se trouve que la motricité libre en est un. Concrètement ? On laisse notre petit effectuer tout type de mouvement, de manière spontanée, sans les lui apprendre. Hmm intéressant !

Le postulat est le suivant : inciter trop tôt un enfant, à effectuer tel ou tel mouvement, aurait les mêmes effets que l’empêcher de bouger. Là, vous vous rappelez cette conversation “ma fille a marché à 16 mois !”. Ah, moi non : OMG j’ai raté un truc. Et bien non ! Les pousser réduirait, en effet, leur autonomie. Ouf !

Le succès de cette pratique repose sur deux éléments observés. Tout d’abord, l’enfant se développe de manière autonome, dans un ordre précis, sans intervention de l’adulte. Ensuite, la liberté accordée leur apporte fierté et sécurité. Dès lors, en adoptant cette manière de faire, l’environnement dans lequel votre enfant évolue devient primordial !

Les bienfaits de la motricité libre

Les grands principes de la motricité libre consistent donc à laisser l’enfant libre, dans le cadre de son développement psycho- moteur. Le but étant qu’il.elle se développe et apprenne seul.e.

En évitant de le.la contraindre, dans un transat par exemple, et en adaptant son environnement, il.elle pourrait laisser libre court à son apprentissage, sans entrave. Le premier bienfait de la motricité libre réside dans le fait que l’enfant devient acteur de son développement. Cela favorise l’autonomie et booste leur confiance. Par voie de conséquence, il.elle aiguise sa créativité et la prise d’initiative.

Les autres bienfaits se mesurent davantage sur le long terme. En effet, les enfants sont bien dans leur corps, ont conscience de l’entièreté de celui-ci. Ils.elles ont donc tendance à être plus autonomes et socialiser plus facilement. Un enfant qui a confiance en lui sera un.e adulte épanoui.e. Or, on sait à quel point la confiance est importante ! D’elle découle notre façon d’appréhender les difficultés, notre capacité à oser. Notons que rien n’est déterminé mais cela reste déterminant. Oui, on est très philosophique.

Comment la pratiquer ?

Dans les grandes lignes, cela consiste à laisser bébé passer à l’étape suivante de la manière et au moment où il.elle le souhaite. Par conséquent, on ne le.la met pas dans une position qu’il.elle n’aurait pas acquise ou dont il.elle ne peut pas changer, seul.e.

Ainsi, les parents doivent éviter d’intervenir. En effet, si vous le.la soutenez pendant ses premiers pas, par exemple, il.elle considérera que, sans ce soutien, il.elle ne peut pas le faire. Bien entendu, la confiance accordée à l’enfant est primordiale. En outre, l’environnement dans lequel il.elle évolue doit être adapté.

L’environnement

Qui dit pratique libre dit, environnement libre ! Dès lors, il suffit de poser le tout petit sur le dos, sur un tapis. À ses côtés, des jeux, de différentes textures, éveilleront ses sens.

Pour les plus grand.e.s, il existe des salles de motricité avec obstacle, ballons ou jeux de constructions. Ils.elles explorent, testent, développent et s’amusent en toute autonomie !

Comment créer un parcours de motricité libre ?

Il existe des parcours, associant différents niveaux et jeux, vendus tels quels. Ceci étant dit, rien ne vous empêche d’en construire un vous-même ! Pour cela, utilisez votre mobilier et votre linge de maison. Un drap sur deux chaises ? Votre enfant sera le plus heureux, allant au dessous, contournant, se cachant. À partir du moment où l’espace est sécurisé, tout peut devenir ludique et pratique.

Les accessoires

Pour ne pas entraver ses mouvements, veillez à lui mettre des vêtements adéquats. Une tenue dans laquelle il.elle est à l’aise pour se mouvoir. Idéalement, un caleçon avec un body manche longue, à adapter en fonction de la température.

Pour les petons, le.la laisser pieds nus est optimal. Si ce n’est pas possible, misez sur des chaussons souples,  seconde peau, au plus proche de la sensation pieds nus.

Maintenant que la motricité libre n’a plus de secret pour vous, à vous de jouer !

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.